Ole Wanscher

Ole Wanscher

Ole Wanscher est un designer danois de la période Danish Modern. Il étudie sous la houlette de Kaare Klint, et son travail reflète beaucoup l’influence du maître. Nombre de ses travaux ont marqué l’histoire du design scandinave, notamment grâce aux influences très variées qui y transparaissent.

Ole Wanscher

Une enfance sous influence

Ole Wanscher est initié très tôt à la culture graphique : en effet, son père est historien de l’art. Plus tard, il voyage en Europe et en Afrique, où la créativité de l’Égypte ancienne l’impressionne beaucoup. Il complète sa formation à la Royal Academy of Fine Arts de Copenhague. Il y reçoit l’enseignement de Kaare Klint, avec qui il travaille jusqu’en 1927.

Créateur indépendant

C’est au cours de cette année 1927 que Ole Wanscher crée son propre studio de design. Travaillant avec le célèbre A.J. Iversen, il produit des pièces en série limitée. Mais la grande série lui paraît nécessaire : il se place ainsi dans le courant scandinave du « design pour tous ».

Des créations intemporelles

Le fauteuil Easy Chair reste sa pièce la plus connue. Mais l’influence de la Grèce, de la Chine ou de l’Égypte antique se rend visible, notamment au travers du célèbre tabouret égyptien Egyptian Stool. Le style colonial est aussi une influence sensible, notamment dans le Lit de Jour OW150, ou encore dans le Fauteuil Colonial.

Un savoir-faire indéniable

Ole Wanscher s’entoure des meilleurs artisans de son temps, pour ses séries limitées. Il est lauréat de nombreuses récompenses prestigieuses, notamment la médaille d’or de la Triennale de Milan, en 1960. Il considère le design de mobilier comme une branche de l’architecture. Celui-ci doit être au service des hommes, fonctionnel et beau. Il étudie l’anatomie, et travaille un coup de crayon élancé, créant des formes fines mais résistantes.

Une vaste culture

Enfin, Ole Wanscher a écrit plusieurs ouvrages traitant de l’histoire du design. Sa vaste culture et son savoir-faire le mèneront au professorat : il remplace Kaare Klint à l’Académie en 1955. Il y occupera ce poste prestigieux jusqu’à sa retraite, en 1973.